Jeanne Gremmel

L’organisation de la solidarité dans l’accès aux services publics essentiels. Analyse des modalités et outils mis en œuvre en direction des populations « vulnérables » dans le secteur de l’eau en France et en Angleterre
IDENTIFICATION

Date de démarrage

2011

Directeur/superviseur

Rémi Barbier

Date de soutenance

29/11/2016

Membres du jury

M. Rémi Barbier, professeur de sociologie, UMR GESTE, Irstea-ENGEES (directeur de thèse)
Mme Maryse Bresson, professeure de sociologie, Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines (présidente)
Mme Agathe Euzen, chargée de recherches au CNRS en anthropologie, LATTS (rapporteure)
M. Jean-Yves Trepos, professeur émérite de sociologie, Université de Lorraine (rapporteur)
Mme Marie Tsanga Tabi, Ingénieure de recherche en sciences de gestion, UMR GESTE

RESUME

La thèse analyse la trajectoire du problème de l’accès à l’eau en France, sur trois décennies : elle rend compte de la manière dont cette question s’est lentement imposée à l’agenda politique à partir des années quatre-vingt et a progressivement été constituée en problème public.

Le problème de l’accès à l’eau émerge ainsi comme un enjeu rattaché à celui du droit au logement, dans un contexte dit de « nouvelle pauvreté », puis évolue en interaction ambivalente avec le problème de l’accès à l’énergie dans le cadre d’une politique d’assistance qui met une quinzaine d’années à se stabiliser, avant de conquérir une autonomie relative grâce à l’action d’entrepreneurs spécifiques et à la proclamation d’un droit à l’eau, droit qui offre alors une prise solide pour en réclamer une « mise en œuvre effective ».

Deux cheminements s’entrecroisent : celui du « social de l’eau », dominé par l’implication du monde de l’action sociale ; et celui de « l’eau sociale », qui vise l’internalisation de la dimension sociale au sein du monde sociotechnique de l’eau. Le social de l’eau est basé sur : l’affirmation d’un droit à l’aide ; l’externalisation de la gestion de cette aide ; le rôle de contributeur des services ; une approche curative des problèmes. En regard, le modèle de l’eau sociale se fonde sur : une gestion internalisée au sein des services d’eau ; l’instauration d’un droit à l’eau ; l’émergence d’une approche préventive des problèmes.

Mots-clés:
Problème public - Accès à l'eau - Droit à l'eau - Solidarité - Service essentiel - Services en réseau - Expérimentation publique - Action sociale